Les galopins magnifiques : Bud et Temple Abernathy par Miles Abernathy, traduction de Bernardine Cheviron. Éditeur : Favre Sa (14 septembre 2006) - Collection : Caracole - Broché: 159 pages 21 x 14 cm.

Sans l'heureuse découverte par nos amis Basha et CuChullaine O'Reilly, véritables encyclopédistes du voyage équestre, d'un exemplaire de l'édition originale du livre de Miles Abernathy, épuisé et introuvable depuis des décennies, nous n'aurions probablement jamais connu en France cette folle histoire. Près de cent ans plus tard, voici donc cet ouvrage (réédité en anglais par la Guilde des Long Riders fondée par le couple O'Reilly) maintenant traduit en français.
Emballés par cette aventure peu banale, nous nous sommes cependant posé quelques questions après la pre­mière lecture du texte original rédigé par un membre de la famille (un oncle ? un cousin ?) des deux jeunes héros, juste après leur premier exploit. S'agissait-il d'un livre pour enfants, pour adultes, pour tous ? L'histoire n'était-elle pas un peu « trop américaine », au risque de ne pas intéresser les lecteurs francophones ? Mais la question essentielle concernait le style et la forme du texte. Rédigé dans un lan­gage souvent familier, enfantin et truffé d'idiotismes, ce récit n'allait-il pas perdre son « jus » une fois traduit ?
La presse de l'époque s'était largement fait l'écho des chevauchées des frères Abernathy, mais les nombreux articles et reportages ont souvent enjolivé ou dramatisé les propos de nos petits aventuriers. Lorsqu'il s'est agi de rédiger leur histoire, Miles Abernathy a manifestement choisi de n'être que la main qui tient le stylo pour les enfants, inca­pables, à cet âge, de consigner leurs souvenirs par écrit. Il les a écoutés raconter leurs aventures avec la spontanéité et le naturel qu'ils n'ont pas forcément eus devant des journalistes, puis il a retranscrit - le plus fidèlement possible, et avec leurs propres mots - les récits des deux enfants.