Coup de cœur

Livre : L'équitation de légèreté par l'éthologie par Stéphane Bigo

Librairie

Publicité

On the road again !

Une famille par monts et chevaux - Jura 1986

Vient de paraître

Livre: Les boiteries par Prune Arnoul

Livre: Le pérégrin émerveillé : Paris-moscou et retour(s) par Jean-Louis Gouraud

Livre: Manuel d'équitation Camargue : une tradition d'avenir par Céline Legaz

Livre : Ecrivains voyageurs : Ces vagabonds qui disent le monde par Laurent Maréchaux

Livre : L'équitation naturelle, Pricipes et exercices pratiques par Olivier Rabouan

Livre : Les chevaux ne mentent jamais par Chris Irwin et Christophe Rosson (Traduction)

Livre : Hippomanie par Jean-Louis Gouraud

Livre : L'équitation western. Des bases aux premiers galops par Baptistin Rainero et Fabienne Duthoit

Une famille par monts et par chevaux, les rencontres

La tribu n'est ni pauvre, ni riche, et tu as su, Émile de Lavours nous faire plaisir - tu peux en être sur - en nous offrant tes six œufs tous frais. Et toi aussi Pierre au nom bien savoyard, dans la terrible réalité de la disparition d'un proche en montagne, tu as su dégonfler le cœur gros du manitou après l'abandon de Liro et donc du départ forcé de Stéphane, pour cause de claquage musculaire après une ruade nocturne et inutile jetée a la brave Dorothée en chaleur. Dis moi ! C'est vrai que Gitane, la belle Gigi, te faisait elle aussi des avances.

Toi, le routier immense et blanc sur la route de Brénod, tu as su arrêter le moteur de ton engin alors que nos quatre biquets escaladaient le talus pour ne pas t'approcher à moins de sept mètres, leur distance de fuite. Merci de nous avoir respecté malgré la puissance de tes 360 chevaux vapeurs. Perdant patience, l'un de ceux de cette cité, immonde autant qu'immense, se fera traiter de tous les noms d'oiseaux...

Et toi aussi Yves, le clown berger de la ferme de Retord je te remercie pour les rires que tu as su accrocher au visage de mon cher Mino de Jérôme. (Là, il y a un jeu de mots, non ?)

Et l'accueil ! Souhaité et redouté par tous les randonneurs, il existe encore. Surprenant ? Non ! Est-ce le cheval ou Jérôme ? Ce fût l'accueil avec un grand "A" dans les villages, hameaux et fermes les plus éloignés que nous traversons. Dans les paysages les plus rudes où la vie est la plus pénible, il a une résonance oubliée. Et, c'est tout simplement en France... I1 ne sert à rien pour le retrouver de courir le monde. Stéphane Bigo n'a-t-il pas écrit que pour finir, il ferait un tour de France... Cela dit, bien sur, sans aucun chauvinisme, mais parce que l'aventure y est à la portée de tous, sans moyen extraordinaire avec seulement quelques semaines de congés payés.

Maman, c'est bon? Jérôme est confortablement installé dans sa claie de portage. Porte-bébé, tout en tubes d'aluminium et nylon doublé de peaux de mouton, elle est simplement encastrée dans la caisse gauche du bât. Notre gamin s'intéresse a tout ce qu'il voit, entend, ressent et touche. I1 participe, j'en suis le premier étonné, au voyage, à ses imprévus, ses joies mais aussi ses peines. Te souviendras-tu Mino de la comédie et des colères que tu nous a fait à la Maréchaude ? Tes pleurs et tes cris ont duré tout le temps mis pour lever le camp et panser les biquets. Ta caisse était, pour la nuit, a l'abri de l'humidité dans le chalet du berger. Quand je l'ai sortie pour bâter, oubliant tes larmes tu t'es écrié: "Maman, papa, mené? nonos ?· (traduction :promener avec les chevaux). Ta joie, tes rires, nous ont d'abord ravi et tranquillisé mais, à la réflexion: effrayés! Nous t'avons enfin compris, quel cauchemar d'abandon, as-tu pu imaginer ?

En trois semaines, Jérôme, tu auras gagné trois à quatre mois de maturité.

Sous le Grand Colombier avant de descendre sur Culoz, Ain
Randonneur, sais-tu que tu peux faire appel aux gendarmes ?

Mais si ! De plus, ils sont très sympathiques ces braves Saint Bernard. Si, à la nuit déjà tombée, tu dois traverser un passage à niveau où les trente cinq tonnes se succèdent toutes les trois a quatre minutes, qu'en contrebas de ce début d'enfer une énorme laiterie remplit tous les quarts d'heure un semi-remorque, biberon géant pressé de quitter sa tétine et que, pour finir la description de cette merveilleuse ambiance, tu dois pour traverser Argis, emprunter la route nationale "Culoz-Ambérieu" très encombrée, étroite et rapide malgré le village et ses limitations. Pour rejoindre au plus vite une nature sécurisante faite pour toi, il te faut encore suivre une petite route empruntée, à cette heure tardive, par les seuls autochtones qui en connaissent parfaitement les méandres et se doivent de la parcourir a fond la caisse : gare aux virages sans visibilité que ta frontale, pauvre cyclope, éclairera à peine ! Alors, la pétoche te prend. Tu ne crains, ni le soleil, ni l'orage, ni la pluie, ni les chemins glissants, mais ces monstres bruyants et polluants t'effraient, toi qui après seulement quelques jours de voyage pense, voit, vit comme ton cheval et, qui comme lui, a peur de ce tout qui ne ressemble déjà plus ni à la nature ni même à la vie. Alors tu décides d'appeler la gendarmerie. Ils prennent leurs temps, les pandores. Ils sont long à comprendre. Dans leur routine, tu les déranges. Puis, tout a coup ils réalisent, apprécient ton aventure, t'aident. C'est parti, tu oublies les P.V.. Tu mets les bagages, le chien, la sacro-sainte famille dans l'estafette au gyrophare qui flashe, qui flashe le paysage le rendant ainsi encore plus sinistre. Ils appellent même du renfort pour mieux t'aider, bloquer la circulation et faire passer le vagabond avec ses quatre biquets.

Le vent tourne au Nord, retour du beau temps ? Cette soirée du mois d'août est bien fraîche. Es-tu déjà en Franche-Comté ? Sur ta jument de bât, tu laisses l'arçon ne serait-ce que pour maintenir en place les couvertures sur son dos encore trop chaud pour la déshabiller complètement. Tes chevaux ressemblent aux chevaux de promenade et semblent tout nu déchargés de leurs bagages portant seulement leur selle. Ils monteront au gîte, où Stéphane et Jérôme dorment déjà, leurs 400 ou 500 kg, libres et légers dans la nuit étoilée. Le manitou mène son tandem suivi de Liro et Dorothée montés par deux gendarmes à pied s'essayant à l'équitation verte sur selle californienne par une nuit merveilleuse, étoilée à souhait.

Sous le Grand Colombier avant de descendre sur Culoz, Ain

Anecdote peu commune, tu fais plaisir à deux gendarmes. Douze kilomètres au-dessus d'Oncieu ce village qui la nuit semble fortifié. Au très loin tu aperçois la lueur d'une ville ignorée, est-ce Lyon? Le vent du Nord souffle de plus en plus fort et te gèle jusqu'à l'os, dans la précipitation de l'embarquement tu n'as pas prévu, ton gilet de jean jeté sur un T-shirt ne te protège guère. Deux heures du matin, interrogatoire en règle, déclinaison de mon identité, description de l'itinéraire, énumération des quelques sponsors et médias pour sécuriser, il faudra bien remplir la main courante. Petite parenthèse : nos gentilles hirondelles ont du mal à croire que je suis indépendant et amateur ? Cest vrai que les cavaliers se déplacent le plus souvent en une longue file organisée faisant penser plus à un détachement de l'armée américaine, qu'à une tribu Cheyenne en mal de grands espaces, d'altitude et de liberté. Conversations bruyantes et tintement de verres réchauffent la moelle pour terminer cette étape particulière. Quelques éclaircies, le brouillard et la pluie nous accompagneront durant les quelques jours nécessaires pour atteindre Mijoux, petite station située le plus au Nord de notre parcours. Mais il reste le plus beau : la ligne de crête des Monts du Jura, itinéraire magnifique et logique pour traverser le Jura gessien. Sa section la plus haute domine la région a plus de 1 700 mètres. [suite]

  • annuaire de sites
  • plan du site
  • échange de liens
  • ils ont référencé…

11 février 2006 — World Trail Rides © 2000-2017

Le site et son contenu sont sous licence Creative CommonsLa charte graphique du site et son contenu sont soumis aux droits d'auteur et mis à disposition sous un contrat de licence Creative Commons.

conception, réalisation, mise à jour et référencement Gérard Barré

Valid XHTML 1.0 StrictValid CSS!Alsacréations