Coup de cœur

Livre : L'équitation de légèreté par l'éthologie par Stéphane Bigo

Librairie

Publicité

Souvenirs

Un voyage réussi se fête au champagne…

Monter et marcher toute la journée, un rythme de liberté.

Passage de la rivière sur le lac Malgas

Thierry Posty, le cavalier du tour du monde

Déjà 75000 kilomètres à cheval à travers la Planète !

Thierry Posty au Cap Aghulas, Afrique du Sud
Arrivée au point extrême sud du continent africain, Cap Agulhas

Thierry Posty nous confie aujourd’hui sa passion et son curriculum équestre impressionnant. Au premier échange le voyageur acceptait de nous communiquer les informations nécessaires à la rédaction d'une trop courte présentation tant il est impossible de résumer en quelques lignes 30 années d’une vie aventureuse parcourant à cheval la planète à la rencontre des gens qui la peuplent et de leurs difficultés avec comme motivation l’aventure bien sûr mais aussi la volonté de contribuer à les aider.

Thierry Posty voyage à cheval depuis 30 ans

Thierry Posty a aujourd’hui 49 ans. psychologue-psychothérapeute, il vit dans le jura, enfin… quand il ne voyage pas puisqu'il a déjà parcouru plus de 40 000 kilomètres à cheval depuis 30 ans – l’équivalent de la circonférence de la planète.

Thierry Posty pendant la sieste avec son cheval
Une sieste bien méritée

Son rêve a conduit ses pas pour un tour du monde a cheval : tour de France (20 ans), tour de l’Europe (24 ans), le Canada et l’Alaska durant un an et demi pour 8000 kilomètres qui le mèneront jusqu’au dessus du cercle arctique au point le plus extrême nord, Prudhoe Bay (30 ans), l’Australie (34 ans), la Mongolie (38 ans), l’Amérique du sud – boucle par l’Argentine, la Bolivie, le Pérou et l’Amazonie – (41 ans), les USA et Cuba (45 ans) et il vient de terminer le tour de l'Afrique du sud (49 ans) de la frontière du Zimbabwe passant par le Swaziland et le Lesotho jusqu'au point le plus extrême au sud de l’Afrique avant de remonter jusqu’en Namibie de septembre 2005 jusqu’à juillet 2006 soit 6500 kilomètres, ce qui lui a permis de passer la barre des 42 000 kilomètres parcourus à cheval soit l’équivalent d’un tour du monde ! Mais ce tour n’est pas fini et ne le sera probablement jamais d’après Thierry car après avoir travaillé 4 mois comme psychologue en France, il est reparti pour traverser cette fois la Nouvelle Zélande.

Messager et défenseur de nombreuses causes

Je regarde la mer à l'horizon que pendant sept mois, j'ai rêvé de montrer à Black.

Thierry utilise ses compétences professionnelles et s’investit lors des rencontres pour aider les populations locales. Il travaille souvent avec des ONG. En Afrique du Sud où dans certains villages, plus de 60% des habitants sont porteurs du HIV, il se lance dans la prévention du SIDA. Ce pays au taux de criminalité fortement élevé l’a vraiment surpris et l’a obligé de développer un sixième sens, l’instinct de survie. « En Afrique du Sud, le climat entre blancs (Africaners anglais) et noirs (Wendas, Zoulous, Xhosas, …) conduit aujourd’hui à un apartheid inverse où les noirs, longtemps exploités, veulent reprendre leurs terres donc les fermes des colons blancs. Si je chevauchais parfois le long de dangereux ghettos la journée, ma priorité était de nous trouver un endroit sûr le soir dans des fermes barricadées de grillages électrifiés et de barreaux aux fenêtres, fermes protégées par ailleurs par d’énormes chiens qui faisaient parfaitement la différence entre les personnes de race noire et celle de race blanche. Étonnés par ma détermination à traverser ce pays à cheval, les propriétaires me réservaient toujours un accueil très convivial. »

En traversant les États Unis et Cuba, Thierry a enfourché un cheval de bataille bien précis ; s’opposer à l’embargo qui frappe toujours le régime de Fidel Castro depuis plus de 40 ans. « La pauvreté, le tourisme sexuel affligé à de jeunes cubaines qui doivent nourrir leur famille m’a profondément touché. À travers ce voyage à cheval, il s’agissait de sensibiliser les américains sur les conséquences désastreuses de cet embargo. » Afin de réaliser ce voyage, Thierry a quitté son cabinet de psychologue et achète deux chevaux Paint Horse. Partis du parc international de la paix à la frontière canadienne, ils descendront les montagnes rocheuses jusqu’au Mexique. Il a été l’hôte de nombreux ranchers mais aussi d’indiens Black foot, Shoshones, Navajos, … Dans son livre d’or présenté tout au long de son chemin, la moitié des messages étaient adressée aux cubains. Thierry qui a eu l’honneur des télévisions et des journaux locaux a le sentiment d’avoir fait évoluer l’opinion de ses interlocuteurs.

Durant sa traversée du Canada et de l’Alaska, Thierry a du apprendre le Cree afin de converser avec les nombreuses tribus rencontrées (Blackfoot, Sarcees, Piegans, Inuits, …) voyageant avec deux juments Appaloosa, ce cavalier solitaire montrait une véritable reconnaissance de leur culture. Séjournant dans une quinzaine de réserves, il y mène une étude psychosociologique pour comprendre les problèmes de drogue, d’alcoolisme, de violence des amérindiens, il attira par la suite l’attention du gouvernement fédéral d’Ottawa sur les conditions précaires de ces réserves.

Ce cavalier du tour du monde a encore beaucoup de rêves dans ses sacoches et nous aurons souvent l’occasion de le lire dans nos carnets de voyage.

  • annuaire de sites
  • plan du site
  • échange de liens
  • ils ont référencé…

21 août 2007 — World Trail Rides © 2000-2017

Le site et son contenu sont sous licence Creative CommonsLa charte graphique du site et son contenu sont soumis aux droits d'auteur et mis à disposition sous un contrat de licence Creative Commons.

conception, réalisation, mise à jour et référencement Gérard Barré

Valid XHTML 1.0 StrictValid CSS!Alsacréations