Coup de cœur

Livre : L'équitation de légèreté par l'éthologie par Stéphane Bigo

Librairie

Publicité

Voyages en cours

Choisir un voyageur

Depuis le temps qu'il trottait dans sa tête, Jessica Bigler ose sauter le pas et commence la préparation de son voyage à cheval de la Suisse jusqu'à l'Irlande – 7000 kilomètres de randonnée équestre…

Meilleures ventes

Livre: L'équitation de légèreté par l'éthologie par Stéphane Bigo

Livre: Manuel d'équitation éthologique, savoirs 1 à 5 par Elisabeth de Corbigny et Claude Lux Présentation

Livre: Équitation éthologique par Tome 1 par Élisabeth de Corbigny Présentation

Livre: Nouvelle équitation centrée. Aller plus loin… par Sally Swift Présentation

À cheval de la Suisse jusqu'à l'Irlande

Le voyage en solitaire de la jeune Jessica Bigler

Jessica et Gitan envoient régulièrement de leurs nouvelles. Leur voyage jusqu'à l'Irlande semble très bien se passer, comme en témoignent les messages publiés ci-après.

Un choix difficile !

Depuis mon arrivée en angleterre, hormis les parcs nationaux et la South Down Way, j'ai dû suivre trop de routes goudronnées. Ce n'était plus possible de continuer ainsi, ni pour le bien être de mon cheval, ni pour notre moral. Je ne vois pas le plaisir à voyager sur les routes. Ça prend trop la tête et c'est mauvais pour les jambes de mon cheval. En plus c'est dangereux ! Les routes sont trop étroites avec des haies de chaque côté qui empêchent de s'écarter quand une voiture arrive. Ici, les cavaliers montent sur les routes, et cela ne semble pas les déranger. Après 3 mois, je me rends compte que cela ne s'améliore pas, et on m'a dit que l'Irlande est encore pire. Surprenant pour le pays du cheval !

Alors voila, la décision est difficile à prendre alors que j'étais si près de l'Irlande, mais mon cheval passe avant tout. On va retourner sur les chemins de France, et nous faire plaisir en voyageant autour du pays avant un retour en Suisse dans une année. Je continue à récolter des fonds pour les associations, je change juste d'itinéraire.

Land's End ! Juste un bout de rocher…

Gitan et Jessica devant le célèbre panneau indicateur

Le 26 septembre, après 3 mois et demi de voyage, Gitan et moi sommes finalement arrivés au point le plus au sud de notre périple en Angleterre. Land's End ! Juste un bout de rocher, sur lequel on peut se faire prendre en photo, avec en arrière plan, le célèbre panneau qui indique New York d'un côté, et la ville de laquelle on vient, avec le nombre de kilomètres que l'on a parcouru.

La région des Cornouailles est vraiment magnifique, je comprends pourquoi l'été, elle devient le rendez-vous des touristes, et spécialement des surfeurs. Cependant, j'ai de nouveau rencontré le même problème, trop de routes et trop de trafic pour voyager à cheval. Heureusement Gitan est vraiment super. Égal a lui même il n'a peur de rien, reste toujours très calme, même quand il me voit m'énerver contre certains automobilistes qui nous passent un peu trop près.

Gitan

Nous sommes ensuite vite remontés vers des lieux plus paisibles et propices au voyage à cheval, la région sauvage et marécageuse du Bodmin Moor. Là où les chats sauvages ont été vus, là ou les pirates s'arrêtaient autrefois, dans la célèbre auberge JAMAiCA. Le contraste est saisissant avec le sud de l'Angleterre, que j'ai quitté il y a quelques jours. Nous voila au beau milieu de nulle part, entoure par des vaches et quelques chevaux sauvages, le brouillard tombe et on peut se perdre en un rien de temps. Aucun repère à l'horizon, juste une plaine immense… Il commence à pleuvoir, cette fois je suis vraiment dans l'ambiance d'un vieux polar des années 50. Difficile à décrire ce que l'on ressent, et je dois dire qu'à ce moment là j'étais bien contente d'être pilotée par un maître chasseur, sans qui, je me serais sûrement perdue. Il faut être né ici pour se repérer, et encore !…

Mon objectif après Bodmin Moor est de rejoindre le plus directement possible le parc national d'EXMOOR. Je trace donc ma route en direction du parc du Dartmoor, pour en profiter encore un petit peu, jusqu'a Okehampton. De là, je suivrai l'ancienne voie de chemin de fer, la TARKA TRAIl, jusqu'à Barnstaple. De là, je serai à quelques kilomètres du parc d'Exmoor.

Après avoir renvoyé ma tente en Suisse échangée contre quelques habits chauds pour l'hiver qui arrive, ma bagagerie pèse seulement 30 kg, selle comprise. Je me rends compte que maintenant je ne transporte que le minimum, et cela va très bien. Les gens sont très gentils et si j'ai besoin de quelque chose, ils sont toujours prêts a m'aider. Gitan est toujours en grande forme, plus beau que jamais, il apprécie sa nouvelle vie et c'est le principal. C'est vraiment un plaisir d'arriver le matin et de le voir attendre devant la porte du parc, impatient de commencer une nouvelle journée.

3 mois de voyage et quelques 2000 kilomètres plus loin…

Gitan entre Astbourne et Dorchester

… Avec Gitan nous sommes musclés et toujours aussi motivés ! Le temps est magnifique et, il ne pleut toujours pas.

Nous avons suivi la South Downs Way jusqu'à Winchester, que nous avons traversé à pied. J'ai répondu à beaucoup de questions et nous avons dû pauser pour de nombreuses photos. Depuis, la Clarendon Way nous a mené jusqu'à Salisbury, magnifique ville avec sa cathédrale. La région est réputée pour ses fouilles archéologique, on croise beaucoup de tumulus dans les champs, et quelques tombes de personnes célèbres au détour d'un chemin perdu dans la foret… Pour faciliter les choses, on m'a conseillé de suivre l'ancienne voie de transhumance, utilisées il y a des centaines damnées, pour relier l'ouest de l'angleterre a Londres, (Ox Drove) puis de continuer sur la voie romaine, qui est en partie en herbe, jusqu'à Dorchester.

Peu importe où Gitan se trouve moment qu'il peut brouter…

J'ai quitté la voie romaine un peu avant Dorchester, afin de suivre la Wessex Ridgeway, qui nous a permis de traverser des villages célèbres, tels Cerne Abbas, et son géant. Cette région se prête parfaitement au voyage à cheval, il y a de nombreux sentiers équestres non goudronnés.

Je suis maintenant à environ deux jours du parc national du Dartmoor, que je me réjouis de traverser, avant d'arriver au point le plus au sud de mon étape anglaise, Land's End.

J'ai abandonné la tente, le matin tout est trop humide et quand il faut replier la tente trempée, ce n'est pas libéral. Je trouve donc chaque soir un abri, principalement des granges, où je peux attacher Gitan et lui donner du foin et de la paille. Cependant, les anglais sont toujours aussi accueillants, et je suis très souvent invitée à partager un repas et à dormir dans un bon lit, ce qui ne se refuse pas. Quant à Gitan, peu importe où il est du moment qu'il peut brouter. Il a toujours été très indépendant et l'est encore plus maintenant, il continue d'ignorer les autres chevaux.

À travers l’East Sussex

Gitan sellé et harnaché est prêt au départ

Le 4 aout, après quelques heures d’attente pour savoir si les anglais nous laissaient embarquer ou pas, suite aux récents cas de fièvre aphteuse dans le sud du pays, avec Gitan nous sommes enfin authorisés à monter à bord. La traversée s’est très bien passée. Le soleil était avec nous et Gitan a aussi pu profiter du paysage. Son van était sur le pont arrière du ferry, fenêtre ouverte et crinière au vent !

Devant le Long Man of Willmington

Arrivés à Dover, nous n’avons même pas été controllés à la douane. Les douaniers ont du se dire qu’ils nous avaient déja assez fait patienter à Calais et que tout était en ordre. Nous voila donc, roulant à gauche, en direction de la vallée de South Alkham, près de Folkestone, où mes chauffeurs doivent nous déposer. C’est le Dimanche 5 aout que commencera notre périple anglais, sous un soleil radieux.

Nous longeons les côtes, sur les hauteurs des collines. La vue est magnifique, et Gitan se régale de l’herbe bien verte, en compagnie des quelques moutons que nous croisons. Le sud de l’Angleterre est vraiment très motorisé, et il est difficile de tracer un itinéraire sans faire beaucoup de route et de goudron. Heureusement que j’ai acheté une paire de swiss easy boot avant le départ pour permettre d’économiser un peu les fers. Depuis Folkestone, nous prenons la direction de Hythe, puis Camber, Rye, Battle, et enfin Eastbourne, d’où j'écris aujourd’hui. Dès demain, nous suivrons le chemin de grande randonnée, la SOUTH DOWNS WAY, jusqu’à Winchester, qui promet des paysages magnifiques et peu de routes. Nous rejoindrons Land’s End dans les Cornouailles, avant de remonter au pays de Galle, dernière étape anglaise avant l’Irlande.

Je dois dire que depuis le premier jour en Angleterre, Gitan et moi sommes accueillis comme des rois. Les gens sont très curieux et m’aident beaucoup pour l’itinéraire. En plus de cela, il fait beau !

Quelque part dans l'East Sussex 17 août 2007.

Jessica et Gitan, bourgeois à Calais

Jessica Bigler et Gitan au galop sur les plages de Calais

Arrivés samedi 29 juillet, après un mois et demi de marche et près de 900 kilomètres, nous allons nous reposer ici une semaine, avant de prendre le ferry samedi prochain, qui nous amènera à Douvres, sous les inondations… J'espère que le temps restera clément pour que nous puissions profiter un peu des magnifiques paysages de la campagne anglaise !

Gitan est toujours en forme, il avait besoin de se changer les idées. Je suppose que de marcher au pas tous les jours commençait à l'endormir. Le laisser galoper sur la plage a remédié à cela. Il va pouvoir en profiter pendant une semaine. Il n'est toujours nourri qu'avec de l'herbe, du foin et quelques fois du grain. Il n'a pas maigri et supporte bien le voyage. Pas de blessure de harnachement, ma selle lui convient parfaitement. La monte au licol qui lui permet de brouter sans gên, est parfaite.

Le matériel pour se protéger de la pluie fait ses preuves…

J'ai suivi la VIA FRANCIGENA depuis la Suisse jusqu'à Calais. C'est dommage que cette voie de pélerinage reste méconnue. Les paysages traversés sont magnifiques, bien qu'un peu désertiques dans certains départements. Beaucoup de chemins cultivés aujourd'hui, nous obligent à suivre la route… Je suis impatiente d'être en Angleterre, bien que les intempéries anglaises me laisse un peu perplexe. Apparemment ça ne devrait pas me causer de problèmes, dans la direction que je vais suivre.

Calais, le 31 juillet 2007.

Premiers jours de voyage

Jessica Bigler, bientôt à cheval de la Suisse à l'Irlande

Le 14 juin, par un premier courriel, Jessica donne quelques informations sur les premiers jours de son voyage :

Avec Gitan nous sommes partis le jeudi 7 juin, le départ initialement prévu le 2 juin a dû être reporté suite à une légère blessure de Gitan. C'est donc sous la pluie et l'orage que nous avons pris la route, pour une première étape de 10 km seulement, qui nous a mené jusqu'à Corcelles-le-Jorat. Les jours suivants nous avons marché en moyenne 15 km, pour ne pas commencer trop fort. Le matériel a l'air d'aller parfaitement à mon cheval, mais je reste très attentive afin d'éviter des blessures.

Nous sommes ensuite partis direction le col du Molendruz et avons passés la douane française le lundi 11 juin. Il n'y avait personne, juste un panneau "douane" ! Le Risoux est immense, et les chemins sont nombreux et entourés de barbelés! un vrai labyrinthe et avec un carte pas toute jeune, on a vite fait de se perdre !

La pluie n'en finit pas de nous suivre, ou le contraire… Je peux tester mon matériel de pluie, qui me parait très fiable, quoiqu'après des heures sous la pluie battante, rien n'est impérméable éternellement! Je vais remedier à quelques petites failles en emballant tout dans des sachets de congélation !

La région de Mouthe est magnifique, nous avons fait un arrêt aux sources du Doubs, puis l'avons longé un moment. Les paysages sont sublimes, malgré la pluie, et je me réjouis déjà de continuer mon chemin, avec si possible un peu de soleil même si je dois m'habituer à la pluie, vu les pays ou je me dirige !

Gitan semble bien s'accoutumer à son nouveau train de vie, il profite de brouter tout le long du chemin, et de s'arrêter pour admirer le paysage !

Projet de la Suisse à l'Irlande

Jessica Bigler, 24 ans vit en Suisse. Elle monte à cheval depuis l'âge de 7 ans et pratique le T.R.E.C depuis 2 ans, et a déjà réussi pas mal de randonnées en France et en Suisse. Passionnée d'éthologie, elle réeduque des chevaux difficiles. Aventurière dans l'âme, Jessica a toujours rêvé de voyager à cheval, de partir à la découverte des gens et de vivre au contact des chevaux et de la nature.

Jessica Bigler nous écrit:

"Depuis le temps qu'il me trottait dans la tête, cette fois c'est décidé, j'ai osé sauter le pas et commencer la préparation de mon voyage !"

"Je ne cherche pas à réussir un exploit sportif ! Mon but est de partir à la rencontre des gens, de parcourir des nouveaux paysages au pas de mes chevaux et dans le respect de la nature."

Pourquoi cet itinéraire ?

"Tout simplement parce que j'ai toujours rêvé de voir l'Irlande, mais à cheval ! C'est aussi un moyen de me retrouver et d'apprendre à me connaître mieux. Faire de nouvelles expériences, aller au bout de moi-même, et pouvoir un jour partager cette aventure avec d'autres passionnés, et les aider, comme m'ont aidé d'autres voyageurs à cheval !"

Jessica voudrait aussi apporter un peu d'aide en au profit de deux associations qui poursuivent des buts différents. Pour ce Suisse Irlande de 7000 kilomètres en autonomie, elle souhaite se faire sponsoriser au kilomètre parcouru. Mais c'est avant tout son rêve qu'elle réalisera seule sur la route à la découverte d'un autre mode de vie avec ses deux compagnons : Gitan, trotteur français de 12 ans et Tantor, mulet de 5 ans.

Elle fera ce voyage en faveur de deux associations Mivido et les Cartons du Cœur.

MIVIDO
Association créée en 1994, à Genève, dans le but d’offrir une juste retraite aux chevaux et poneys de manège en fin de carrière. Depuis 2006, MIVIDO recueille également des équidés d’autre provenance, menacés d’abattoir, d’euthanasie prématurée (euthanasie “économique”!) ou d’abandon.

Les Cartons du Coeur Riviera
Les Cartons du Coeur créée en 1992 est une association sans but lucratif qui a pour but de venir en aide aux personnes démunies (chômeurs en fin de droit d'indemnités, familles monoparentales, victimes des petits crédits, Jeunes en quête d'un premier emploi, personnes âgées, etc.) de la Riviera Vaudoise.

  • annuaire de sites
  • plan du site
  • échange de liens
  • ils ont référencé…

05 novembre 2007 — World Trail Rides © 2000-2017

Le site et son contenu sont sous licence Creative CommonsLa charte graphique du site et son contenu sont soumis aux droits d'auteur et mis à disposition sous un contrat de licence Creative Commons.

conception, réalisation, mise à jour et référencement Gérard Barré

Valid XHTML 1.0 StrictValid CSS!Alsacréations