Coup de cœur

Livre : L'équitation de légèreté par l'éthologie par Stéphane Bigo

Librairie

Publicité

Galerie de portraits

Choisir un voyageur

L'Internet est quand même un outil de communication extraordinaire qui facilite les retrouvailles ou encore les rencontres improbables comme celle qui nous a permis de présenter ici l'aventure équestre de Patrice Debeure et Françoise Even restée trop longtemps méconnue.

La Turquie à cheval

A cheval aux portes du désert de Turquie

Patrice Debeure et Françoise Even ont déjà traversé l’Italie, la Grèce et arrivent à l’entrée du désert de Turquie.

 

Échanges de regards sur une tasse de thé… Du sucre pour la boisson ou pour le poney ?

Photos © Patrice Debeure

Meilleures ventes

Livre: L'équitation de légèreté par l'éthologie par Stéphane Bigo

Livre: Manuel d'équitation éthologique, savoirs 1 à 5 par Elisabeth de Corbigny et Claude Lux Présentation

Livre: Équitation éthologique par Tome 1 par Élisabeth de Corbigny Présentation

Livre: Nouvelle équitation centrée. Aller plus loin… par Sally Swift Présentation

Le Moyen-Orient à cheval

Ou, ne voyageons pas comme des sacoches…

par Patrice Debeure

Trois poneys pour un voyage à travers le Moyen-Orient
Gem, Phunky et La Bulle, les trois compagnons de voyage lors de la traversée de la Cappadoce.
En Anatolie, paysage aride et grosse chaleur.
Photos © Patrice Debeure

De Septembre 1984 à Juin 1986, avec ma femme, Françoise Even, nous avons voyagé à cheval de Paris à Damas et retour, traversant ainsi la France, l'Italie, la Grèce, la Turquie, et la Syrie. Le retour a conduit notre équipée par la Turquie, la Bulgarie, la Yougoslavie et enfin l'Italie.

J'avais hébergé Jean-Claude Cazade lors d'une des ses étapes, c'est ce qui m'avait confirmé dans mon désir de partir. Le voyage a commencé quelques mois après celui d'Émile Brager et Marie Roesles et nous sommes revenus quelque mois avant leur retour. Nous avons parcouru 18 000 kilomètres environ, mais notre devise était « ne voyageons pas comme des sacoches ».

Nous étions partis avec trois New Forest dont un de bât – modèle armée Suisse 1942 - qui s'est fait tué en cours de voyage à la frontière Syrienne, il me reste encore une jument de ce périple dans mon écurie… Et je prends toujours un soin jaloux de tout mon matériel de voyage.

En toute modestie, nous étions partis pour vivre une belle expérience avec des chevaux nés chez nous et non pour battre un quelconque record – on ne voulait pas faire parler de nous. Nous avions une règle d'or qui devrait devenir la base d'une déontologie du voyageur : ne jamais vivre sur le dos de la population locale. Nous sommes partis avec suffisamment de moyens pour toujours payer ce que nous demandions aux gens ou ce qu'ils nous offraient qui était souvent largement au dessus de leurs moyens… Pour avoir vécu ensuite trois ans au Moyen-Orient, je ne supporte plus les profiteurs occidentaux qui traversent des pays aux frais des autochtones.

Il m'arrive encore quelques fois – trop rarement – de craquer, de ferrer et bâter vite fait pour partir quelques jours au fond des bois.

Texte et photos © Patrice Debeure adaptation Gérard Barré Tous droits réservés

La Turquie - extrait de Cheval Magazine

Paysan Turc et sa voiture à cheval
Dans les montagnes du Sud de la Turquie, l’essentiel des travaux se fait avec les chevaux.
Photo © Patrice Debeure

On se rue à la frontière. Ouf ! Dernier jour pour nos visas. Interdiction de passer le pont-frontière à pied : demi-tour... Comme si on avait parcouru 3500 km pour repartir comme quand il n'y a plus de pain à la boulangerie. De nouveau, sitting... tractations... Enfin, quatre militaires nous escortent, mitraillettes au dos ; nos premiers mètres en Turquie. Mais tout ceci reste bon-enfant. On se presse autour de nous, on nous offre nos premiers thés, tout le monde nous souhaite la bienvenue en Turquie, y compris le directeur des douanes, mais chacun est unanime... Impossible de passer : pas de doute, ici l'Orient commence. Vétérinaires retords et bourrus, nous exhibons nos carnets SIRE. Outre leur côté officiel, ils en imposent par le sérieux de leur présentation et les cinquante-deux tampons qu'ils portent déjà. Impressionnés, nos trois docteurs nous souhaitent bonne route. Istanbul : 300 km que nous avalons en 8 jours dont 4 sur une autoroute à six voies. Istanbul, point forcé de passage pour l'Orient, Istanbul : le mythe ! Et le mythe fut à la hauteur de sa réputation : fascinante ville, pour nous jardin d'Eden... douche; viande, poste, téléphone, quel luxe ! Une interdiction de plus, celle d'emprunter le nouveau pont sur le Bosphore, nous devons couper au coeur de la ville pour aller prendre le bac. Treize heures : devant la mosquée Sainte-Sophie et la mosquée Bleue, les muezzins hurlent la prière dans un déchaînement de décibels. Après huit mois de voyage, nous y sommes... ailleurs... les mille minarets d'Istanbul sont à nos pieds. On dégringole vers Galata, escortés par des dizaines de curieux, pour prendre le bac. De l'autre côté, l'Asie, un autre monde nous attend, nous venons de vivre un des plus beaux jours de notre vie.

Extrait de l'article de Patrice Debeure paru dans Cheval Magazine n°187 de juin 1987

  • annuaire de sites
  • plan du site
  • échange de liens
  • ils ont référencé…

06 février 2006 — World Trail Rides © 2000-2017

Le site et son contenu sont sous licence Creative CommonsLa charte graphique du site et son contenu sont soumis aux droits d'auteur et mis à disposition sous un contrat de licence Creative Commons.

conception, réalisation, mise à jour et référencement Gérard Barré

Valid XHTML 1.0 StrictValid CSS!Alsacréations