Coup de cœur

Livre : L'équitation de légèreté par l'éthologie par Stéphane Bigo

Librairie

Publicité

À cheval en Mongolie

La Mongolie (août 1997)

Une première expérience concrète du voyage à cheval s'est déroulée en Mongolie, terre de cavaliers, afin de prendre contact avec les conditions réelles d'un voyage équestre, tout en limitant les problèmes, notamment celui des infrastructures urbaines, quasi inexistantes dans ce pays, et celui des équipiers chevaux, qu'il est aisé de se procurer là-bas pour un moindre coût.

Je suis accompagnée d'un ami novice en la matière et je suis donc chargée de l'ensemble de l'organisation.

Le voyage débute en Arkangaï. Nous achetons à Tsétserleg trois hongres déjà âgés que nous nous empressons de baptiser Biyourt (" bisou " en mongol), Vent des steppes et Rouquin.

Les premiers jours sont un peu difficiles, il faut apprendre à bâter correctement et se faire aux quelques sept heures de chevauchée par tous les temps, car ici, la température passe vite de 25°C à 10°C à peine, quand un orage de pluie ou de grêle vient s'abattre sur les montagnes. Dès les premiers campements, nous pouvons apprécier l'hospitalité extraordinaire des nomades qui nous aident et nous invitent sans cesse. Très vite, on s'accoutume à ce nouveau mode de vie, au rythme du soleil, loin de toutes les préoccupations temporelles du monde moderne.

Même si les journées sont longues et souvent sportives, rien ne peut amoindrir la beauté des paysages et le charme d'un pays où le moteur à explosion reste si rare qu'il nous est arrivé de ne pas croiser de véhicules de la journée. Loin des villes, même les poteaux électriques et téléphoniques disparaissent. Il ne reste alors qu'un horizon immense parsemé un peu partout de petites grappes de yourtes paisibles mais guillerettes. La lumière est d'une incroyable intensité et les orages laissent derrière eux des arcs-en-ciel époustouflants. Nous croisons sans cesse marmottes, belettes, et parfois un grand aigle royal. Les troupeaux paissent librement. c'est l'expérience la plus authentique d'un mode de vie écologique que rien ne vient déprécier.

Jour après jour, nous nous lions davantage à nos amis chevaux, en pensant qu'ils ont été de longues années les compagnons indispensables des vachers et bergers mongols, les irremplaçables amis des enfants et la fierté de la famille, dont ils sont bien souvent la plus grande richesse. Quelquefois, au bord d'un lac qui s'étend à perte de vue, nous abandonnons le camp pour aller galoper avec un troupeau de chevaux aux robes multicolores.

Installés dans un rythme hors du temps, nous ne voyons pas passer les semaines. Si nous sommes seuls dans l'immensité de la steppe, nous chevauchons aussi souvent avec des cavaliers de rencontre qui s'amusent toujours beaucoup de notre bât (chose inconnue en Mongolie) et de notre matériel européen. Ici, il fait bon vivre et les uns et les autres ne courent pas après de quelconques obligations, si bien que nous trouvons toujours des compagnons de voyage curieux de notre destination ou des amis d'un soir insistant pour nous offrir l'hospitalité.

Malheureusement, le voyage se termine. Il faut revendre nos amis et le blues dans l'âme rentrer à Ulan-Bataar pour prendre l'avion. Un mois, c'est décidément trop court lorsqu'on aime vivre avec les chevaux. Ici naît l'idée d'un voyage beaucoup plus long, où je pourrais oublier le rythme occidental.

Je garde aussi de cette expérience la conviction que je dois désormais voyager seule, parce que les tensions de groupes mal assortis ne font qu'accroître les problèmes. Je n'ai aucune difficulté à communiquer avec des êtres humains de rencontre dont j'ignore la langue, je n'ai aucun problèmes d'agoraphobie, je panique difficilement et je suis plus têtue qu'une mule. Ce sont autant de qualités et/ou de défauts qui ne sont ni partagés, ni appréciés par tout le monde. Faute d'avoir rencontré un vrai compagnon de route, j'estime préférable de faire désormais la route en solitaire.

  • annuaire de sites
  • plan du site
  • échange de liens
  • ils ont référencé…

03 février 2006 — World Trail Rides © 2000-2017

Le site et son contenu sont sous licence Creative CommonsLa charte graphique du site et son contenu sont soumis aux droits d'auteur et mis à disposition sous un contrat de licence Creative Commons.

conception, réalisation, mise à jour et référencement Gérard Barré

Valid XHTML 1.0 StrictValid CSS!Alsacréations