Coup de cœur

Livre : L'équitation de légèreté par l'éthologie par Stéphane Bigo

Librairie

Publicité

Le récit du voyage

Livre: Sous l'oeil des chevaux d'Afrique par Laurence Bougault Présentation

Coups de cœur

Livre: L'équitation de légèreté par l'éthologie par Stéphane Bigo

Livre: Manuel d'équitation Camargue : une tradition d'avenir par Céline Legaz

Livre: L'esprit du cheval : Introduction à l'éthologie cognitive du cheval par Michel-Antoine Leblanc

Livre: Éloges de l'énergie vagabonde par Sylvain Tesson

Éloge de l'énergie vagabonde. Je consacrerai mon temps d'avancée solitaire à réfléchir au mystère de l'énergie que nous extrayons des strates de la géologie mais aussi celle qui attend son heure au plus profond de nous.

Livre: Petit traité sur l'immensité du monde par Sylvain Tesson

Petit traité sur l'immensité du monde par Sylvain Tesson. Précis de désobéissance naturaliste, philosophie de poche buissonnière, récit romantique contre l'ordre établi.

 

Un entretien avec Laurence Bougault

Nous connaissons bien Laurence Bougault depuis la publication sur worldtrailrides des carnets de son périple africain. Ce voyage nous a révélé une grande voyageuse à cheval partageant un état d'esprit plein d'amour et de curiosité pour les autres, pour la Nature qu'elle parcourre. Tout au long de son récit, elle communique ce besoin de partage et de découverte qui justifie ses longs voyages au rythme lent des chevaux.

Sous l'œil des chevaux d'Afrique

Laurence Bougault sous l'œil des chevaux d'Afrique
Laurence sous l'œil des enfants d'Afrique…
Tu écris beaucoup, pour les étudiants, les amateurs de poésie ou de littérature, Sous l'œil des chevaux d'Afrique est ton premier récit, c'est aussi un style que tu apprécies particulièrement. Peux-tu nous parler un peu de ton expérience littéraire ?
Voyage et littérature s'entremêlent pour moi depuis que j'ai 17 ans. Et même avant. Je me souviens que mon père me faisait tenir un journal de voyage quand nous visitions l'Autriche ou l'Allemagne. Je devais avoir 8 ans... L'écriture est liée pour moi à l'expérience de l'intime, et le journal en fait partie, journal de voyage ou journal intime, il n'y a de différence que pour le lecteur. J'enseigne la littérature pour la connaître moi-même. J'ai commencé à écrire bien avant d'enseigner. Mais l'étude approfondie des classiques est indispensable à l'écrivain. Chemin faisant, j'ai écris d'abord de la poésie, puis des romans et quelques nouvelles. Les romans sont toujours dans un tiroir, en partie à cause de moi, parce que je n'aime pas tellement jouer le jeu mondain nécessaire pour se faire connaître, peut-être aussi parce que c'est trop littéraire. Aucun compromis possible dans ce genre-là pour moi. Donc, avis aux éditeurs qui aime le risque... Il est curieusement plus facile de publier de la poésie, notamment grâce aux micro-revues et aux passionnés qui les animent (je pense par exemple à Emmanuel Berlan qui s'occupe de Poésie Terrestre ou à Guy Ferdinande qui inlassablement s'engage dans le Grand Nord). Le reste de cette expérience littéraire, c'est ce que j'appelle mon boulot : des ouvrages scolaires pour les collégiens et les lycéens, et des articles scientifiques dans des revues savantes de critique littéraire ou de linguistique. Dans tout ça, le récit de voyage est quelque chose d'assez isolé.
Pour ce dernier ouvrage, as-tu cherché un style de récit différent de ce que l'on a l'habitude de lire dans cette littérature si particulière ?
Je ne crois pas avoir cherché quoi que ce soit. Mon parcours est assez atypique par rapport aux autres voyageurs à cheval et donc le livre l'est aussi. Il est sans doute plus littéraire que d'autres, certains n'hésitent pas à dire aussi plus philosophique. C'est sans doute vrai. Même si j'ai recherché la simplicité pour communiquer au plus grand nombre cette expérience du voyage à cheval, il reste des parti-pris d'écriture et sans doute un style qui m'est propre et qui tient plus à une vision du monde particulière qu'à un effet extérieur. J'amène aussi un point de vue proprement féminin, ce qui n'est pas unique (Ana Becker est notre mère à toutes !) mais toujours un peu différent du point de vue masculin.
Revenons maintenant au cheval et au voyage. Laurence comment te considères-tu ? Cavalière ou aventurière ? Autrement ?
Cavalière, j'aimerais bien l'être. On n'a jamais fini d'apprendre dans ce domaine. Donc, je me dirais cavalière lorsque je maîtriserai tous les aspects que ça comporte et à mon avis, j'aurai besoin de deux ou trois vie.... Aventurière ? Je n'aime pas tellement ce mot. Je le laisse aux types qui croient encore que quelque chose n'a pas été fait ou découvert sur cette planète. L'aventure, ce serait aujourd'hui de partir dans un vaisseau spatial pour découvrir l'univers... Je préfère plus modestement l'idée de voyageuse. Curieusement, c'est Descartes qui résume le mieux ce que je suis : "...le grand livre du monde... : Voyager, voir des cours d'armées, fréquenter des gens de diverses humeurs et conditions, recueillir diverses expériences, s'éprouver soi-même dans la fortune...", en un mot apprendre.
Tu as beaucoup voyagé. Le cheval est-il le meilleur moyen ?
Sans aucun doute. Il est d'abord une solitude peuplée. C'est une des première condition du voyage pour moi. En groupe, on se replie et on ne va plus au devant de l'Autre. Mais seul, c'est un peu triste. Le cheval est un compagnon, mais même avec plusieurs chevaux, ça ne constitue pas un groupe, je reste seule face à l'inconnu. D'autre part, le cheval est la convergence de ce que je cherche dans le voyage : éprouver le paysage (et pour sa il faut de la lenteur) et retrouver des modes de vie pré-industriels et anté-capitalistes, une relation plus étroite de l'homme avec ce qui l'entoure. Enfin le cheval est un peu magique et il permet de nouer des relations avec les gens de rencontre qui ne seraient pas si aisées sans lui.
Quelle est ta définition du voyage à cheval ?
S'éprouver paysage.
Quels sont tes projets ? Penses-tu écrire un nouveau livre ? Publier ta poésie ? Et à cheval ?
Il y en a toujours des dizaines sur le feu... Écrire est mon occupation quotidienne, donc il y a de nouveaux livres... Publication de ma thèse sur la poésie moderne, préparation d'un ouvrage sur Syntaxe et signifiance en poésie, publication d'un nouveau recueil de poème, fin d'un roman qui bouclera une trilogie, etc. Le cheval est là, tous les jours. Je parcours la forêt de Brocéliande avec Eymour et Waranda, j'espère faire un stage de dressage au printemps avec eux, et je pense au Kazakhstan et à la Chine pour de prochains voyages. Je compte bien faire aussi quelque chose à cheval avec mon bébé, et puis il va lui falloir un Shetland. D'ailleurs, s'il y a un mécène parmi les lecteurs... je suis preneuse d'un poney pas cher, même à débourrer. D'ailleurs, à propos de cheval, je vous quitte pour aller monter...
Laurence Bougault et Gérard Barré, le 28 janvier 2004

  • annuaire de sites
  • plan du site
  • échange de liens
  • ils ont référencé…

04 janvier 2006 — World Trail Rides © 2000-2017

Le site et son contenu sont sous licence Creative CommonsLa charte graphique du site et son contenu sont soumis aux droits d'auteur et mis à disposition sous un contrat de licence Creative Commons.

conception, réalisation, mise à jour et référencement Gérard Barré

Valid XHTML 1.0 StrictValid CSS!Alsacréations