Coup de cœur

Livre : L'équitation de légèreté par l'éthologie par Stéphane Bigo

Librairie

Publicité

Les chevaux, l'équitation et la civilisation

ou l'héritage du Centaure

Dionysos et Ariane tirés par des centaures
Dionysos et Ariane tirés par des centaures 230-235, marbre, face principale de sarcophage 85x215 cm, photo Béatrice Oravec

"The Centaur Legacy" (L'héritage du Centaure) le livre de Bjarke Rink résoud l'énigme du centaure et pourrait provoquer une controverse dans le monde académique.

Le cerveau des animaux est inévitablement coordonné à la vélocité du mouvement de leurs jambes, de leur queue ou de leurs nageoires. Ce constat aurait dû nous amener à nous poser une question essentielle : est-ce que le cerveau de l'homme est lui aussi coordonné à la rapidité de mouvement de ses jambes ?

C'est vraisemblable, affirme Bjarke Rink, qui a crée une zone d'ombre dans l'extraordinaire savoir scientifique du 20ème siècle. Dans son ensemble, l'humanité semble ignorer l'accélération de l'histoire provoquée par la découverte de l'équitation. Par la suite, son développement entraînera un progrès technologique jusqu'à une apogée des technologies qui semble avoir été atteinte au 20ème siècle.

Dans la première partie de son livre "The Centaur Legacy”, l'auteur essaye de répondre à des questions cruciales qui n'ont jamais été formulées durant ce siècle turbulent. Par exemple :

  • .Pourquoi les physiciens n'ont-ils pas remarqué que les cavaliers avaient dépassé l'espace temps reconnu aux humains ?
  • .Pourquoi les biologistes ne se sont-ils pas rendus compte de l'impact profond que la symbiose homme-cheval a pu avoir sur la planète ?
  • .Pourquoi les anthropologistes n'ont-ils pas identifié le rôle de l'équitation dans l'expansion de notre évolution technologique ?
  • .Pourquoi les historiens n'ont-ils pas compris que les cultures équestres de l'Asie centrale ont fondé l'histoire mondiale, de l'Antiquité jusqu'à la Renaissance ?
  • .Pourquoi les sociologues ne se sont-ils pas aperçus qu'un nouvel ordre social s'était imposé avec l'ascension des cultures équestres et de l'équitation ?
  • .Pourquoi aucun scientifique n'a-t-il pas remarqué que les chevaux et l'équitation étaient le nerf des nations qui dominent le monde aujourd'hui ?

Sans chevaux et sans équitation aucune société n'a jamais dépassé le statut politique d'une ville-État avec les limitations sociales et technologiques qui grèvent ce genre d'organisation. Toutes les civilisations victorieuses descendent des cultures équestres et l'équitation existera probablement jusqu'à la fin de la Terre.

Probablement à cause d'un grand défaut du raisonnement civilisé contemporain, D'autres questions n'ont jamais été posées :

  • .La perte de la compréhension biologique du monde naturel par les personnes urbaines ;
  • .Le manque de perspective historique sur la disparition récente de l'Ère Équestre ;
  • .L'arrogance de l'homme civilisé pour le monde animal ;
  • .L'anthropocentrisme des personnes élevées en ville ;
  • .La perte de l'importance des chevaux et de l'équitation suite au “boom” technologique du siècle dernier.

Par conséquent la question qui devait venir à l'esprit de n'importe quel membre de la communauté scientifique était simplement : Qu'aurait été l'humanité sans les chevaux et sans l'équitation ?

La réponse proposée par Bjarke Rink est absolument choquante : "Si les chevaux avaient disparu comme les mammouths, il n'y aurait pas eu d'automobile, pas d'avion, pas d'ordinateur, pas d'Internet avec ses stratégies globales de communication. Sans les chevaux et sans l'équitation, le monde en serait encore à l'époque de l'Ancien Testament." Absurde ? Ridicule ? Incongru? À première vue seulement, déclare l'auteur. Il existe heureusement des exemples bien documentés pour confirmer cette thèse.

Avec l'arrivée des conquistadors espagnols, les Incas et les Aztèques furent piégés dans un drame de dimension eschatologique semblable à celui que les européens durent affronter il y a trois mille ans. Quelle est donc la preuve matérielle qui peut valider cette hypothèse ? À cheval, l'être humain a pu rompre avec la dimension de son propre espace temps et en Eurasie, les moyens d'échange et d'expansion culturelle ont atteint la vitesse des chevaux.

Mais qui a dit cela ? Einstein dans sa Théorie de la Relativité, rappelle Bjarke. Si à cheval, il est possible d'atteinde un endroit où à pied deux journées auraient été nécessaires, la valeur de la relation qui relie l'espace au temps a bien été modifiée, comme nous l'a démontré Einstein. Mais l'impact de la notion d'espace-temps n'a jamais été clairement compris par les biologistes, les archéologues, les historiens et les sociologues. C'est probablement parce que le fonctionnement du cerveau des hommes est coordonné à la vélocité originelle de ses jambes. L'accélération de l'histoire a simplement été attribuée au génie humain et non à la vitesse du cheval.

Einstein nous a aussi donné la solution à la question Amérindienne : "Il est impossible de résoudre les problèmes avec le même cerveau que celui qui les a causés". Ce qui veut aussi dire que les problèmes d'écologie, de développement durable, de santé publique ou de politique des agglomérations – villes-États – ne peuvent être résolus par ceux qui les ont produits. L'échange culturel entre les sociétés est le mécanisme fondamental de l'enrichissement intellectuel, qu'il soit fait de manière pacifique ou violente. Tous les scientifiques ont discrédité la théorie selon laquelle les indiens étaient moins intelligents que leurs colonisateurs européens. C'est l'absence d'accélération du temps liée à l'équitation, qui explique ce retard de développement, la progression culturelle de ces civilisations était liée à la seule vélocité de leurs jambes. Les Incas et les Mayas, seulement séparés par 2 500 kilomètres (la distance qui sépare New-York de Austin, Texas) ignoraient leur existence réciproque.

L'équitation au cours du 20ème siècle

Géricault, Centaure enlevant une nymphe
Théodore Géricault, Centaure enlevant une nymphe, plume et gouache 20,2x24,2 cm
photo RMN, Michèle Bellot

La seconde partie de "Centaur Legacy" est une analyse de l'équitation pratiquée au cours du 20ème siècle, l'époque où l'ancien monde équestre commençait son déclin et où surgissait un nouvel esprit équestre dans une société dirigée par la science.

Dans cette partie l'auteur pose encore de nombreuses questions concernant l'équitation d'un point de vue scientifique.

  • .Qu'est vraiment l'équitation?
  • .Pourquoi un cheval permet-il à un humain de le monter ?
  • .Comment est-il possible au cavalier de guider un cheval ?
  • .Comment un humain et un cheval peuvent-ils former un être biomécanique adapté au travail ?

L'équitation dite sensible ou naturelle est le résultat de la combinaison des capacités de survie du cheval et de l'homme-cerveau et de la vitesse. Cette alliance s'est formée en Asie centrale pendant l'Ère Néolithique et cette nouvelle créature est devenue l'un des prédateurs les plus dangereux de la planète : une bête avec des caractéristiques humaines et équines que les Grecs, horrifiés, nommaient Centaure.

Cela implique-il que le Centaure ait réellement existé ? Oui, le Centaure a existé et existe encore, représenté par les meilleurs cavaliers de chaque génération qui ont appris instinctivement à mêler leur système nerveux à celui de leurs chevaux. Ceci est en fait le principe de base de l'équitation. Pour comprendre la complexité neurologique de l'équitation, Bjarke Rink a analysé ce phénomène avec un regard biologique, physiologique, neurophysiologique et biomécanique.

Le futur de l'équitation

Eros et le centaure, dit
Un grand sentimental Eros et le centaure. Centaure, dit "Centaure Borghèse" vers 200 av. J.-C. marbre h. 147 cm
photo Béatrice Oravec

La troisième partie du livre, l'auteur décrit sa vision du futur de l'équitation et explique comment, avec l'augmentation de la compréhension de l'interaction entre le cheval et le cavalier, le futur de l'équitation est garanti comme l'instrument de l'enseignement des principes fondamentaux tels que la discipline, le courage, l'autorité, la solidarité, l'esprit d'équipe, la patience et la ténacité. Le cheval teste les limites psychologiques et physiques des cavaliers, ce qui pourrait être aussi une stratégie d'entraînement sportif, explique Bjarke Rink.

Certaines formes d'équitation peuvent être pratiquées par des cavaliers de tous âges et même par les handicapés physiques et mentaux. Contrairement aux sports qui nécessitent un ballon ou des véhicules, l'équitation exige des capacités physiques et mentales qui dépassent la programmation génétique de l'homme. Pour contrôler cette vitesse et cette force nouvellement acquises, le cavalier devra former de nouvelles connections entre ses neurones, l'équitation est donc probablement la technique biologique la plus complexe à avoir été créée. C'est pour cette raison que l'équitation est le seul sport olympique dans lequel les hommes et les femmes sont égaux.

Si aucune recherche scientifique n'a été menée sur la neurophysiologie de l'équitation (ou comment les systèmes nerveux des humains et des chevaux s'accordent ?) c'est peut-être à cause de raisons piétonnières. Après l'invention de l'automobile, les chevaux se sont démodés et beaucoup de personnes ont alors vu uniquement les chevaux comme de simples moteurs ignorant la possibilité d'unifier les systèmes nerveux humains et équins pour n'en former plus qu'un seul, comme l'avaient fait leurs ancêtres. L'équitation naturelle a probablement disparu.

Le 20ème siècle a été le premier siècle non-équestre et c'est pour cela que peu d'entre nous trouvent un intérêt à fouiller les ruines de l'ancien monde équestre pour sauver les boîtes noires de l'équitation qui ont en fait fondé la société orientée vers la vitesse dans laquelle nous vivons et qui a pour apogée l'Internet. Ces thèses historiques et psychologiques ont rattrapé le monde intellectuel par surprise. Même si quelques scientifiques sont partisans des arguments de Bjarke Rink, beaucoup pensent qu'il exagère. Concevoir que des sabots aient pu être la raison fondatrice de nos sociétés industrielles est peut-être difficile à comprendre pour des urbains.

D'après "The Centaur Legacy" le livre de Bjarke Rink. Adaptation du texte, Gérard Barré Photos © Le Centaure générique : Un être hybride proche du satyre.

The Centaur Legacy par Bjarke Rink
Livre: The Centaur Legacy par Bjarke RinkCeci livre important présente la première étude approfondie sur l'association de l'homme et du cheval qui a changé le cours de l'histoire et a accéléré le développement de l'humanité. Il a fallu qu'un intellectuel, nomade cultivé et franc-tireur tel que Bjarke Rink, Danois qui habite au Brésil, pense en marge de la théologie équestre traditionnelle. Le cavalier confirmé a passé ses années d'étudiant à mélanger la symbiotique de l'intellect humain avec la vitesse de déplacement des équins, documentant comment ces deux formes uniques de vie s'unissent pour créer un être supérieur - le Centaure légendaire ! "Mon défi était de trouver le rôle de l'humain dans la neurophysiologie de l'équitation et de résoudre l'énigme du Centaure," a dit Rink.
Éditeur : Long Riders' Guild Press, Broché, 320 pages 2x15x23 cm
Vers le hautAjouter au panier amazon.frPrix amazon.fr : 15,33 €

Présentation du livre Centaur Legacy (suite)

"Malgré la nature ambitieuse de ce livre, il ne faut pas se préoccuper de savoir s'il est facile à lire. Bjarke Rink a une manière captivante de jongler avec les idées et les mots qui rend les sujets les plus complexes intéressants et faciles" dit Bobbie Lieberman. "Bjarke n'est jamais complaisant, il prend le lecteur par la main et lui démontre ce qu'il veut dire", nous précise Jeremy James, le philosophe britannique, dans son introduction du livre. L'auteur manie la complexité des sciences de la vie comme Jacques-Yves Cousteau le faisait avec ses recherches sur la mer et Daniel Goleman avec le fonctionnement du cerveau.

  • .The Centaur Legacy est un livre d’une extrême importance. Personne n’a jamais eu le courage, le savoir, l’habilité ni le discernement pour créer une telle oeuvre. Jeremy James, FRJS, auteur des livres Saddletramp, The tippling Philosopher, Vagabon”, et Debt of Honour - l’histoire de la ligue internationale pour la protection des chevaux - UK.
  • .The Centaur Legacy est un apport fantastique au monde équestre ainsi qu’au monde en général. J’ai apprécié non seulement les idées mais aussi l’humour et le style de ce livre. Darcy Morger - Grovenstein - éditeur de Trail Blazer Equestrian Travels - USA.
  • .Récit, évocateur et informatif, ce livre nous donne une vision fraîche qui mêle l’histoire humaine et l’histoire équestre. Caroline Burt, UK.
  • .La lecture de ce livre m’a procuré un grand plaisir. C`est un vrai chef d'œuvre. Merci pour cette contribution merveilleuse. Douglas Preston, auteur des livres Cities of Gold, et Talking to the Ground - USA.
  • .The Centaur Legacy est un livre intéressant et provocateur, il exprimera des idées nouvelles à ses lecteurs. Matthew Mackay-Smith, DVM, éditeur du magazine Equus - USA.
  • .En avril 2005, 28 cavaliers et cavalières des 5 continents se sont réunis à la “Royal Geographic Society” de Londres à l'occasion du lancement des 100 meilleurs livres écrits sur les chevaux. Bjarke Rink fut un invité d'honneur et The Centaur Legacy a été présenté par CuChullaine O`Reilly, fondateur de The Long Riders' Guild, comme le livre le plus important jamais écrit sur la philosophie équestre.
  • annuaire de sites
  • plan du site
  • échange de liens
  • ils ont référencé…

21 janvier 2006 — World Trail Rides © 2000-2017

Le site et son contenu sont sous licence Creative CommonsLa charte graphique du site et son contenu sont soumis aux droits d'auteur et mis à disposition sous un contrat de licence Creative Commons.

conception, réalisation, mise à jour et référencement Gérard Barré

Valid XHTML 1.0 StrictValid CSS!Alsacréations